2 Juin 2015
Quatre Raisons Pourquoi les Marques Devraient Ne Pas Aimer les Publicités Vidéo de Facebook
Par James G. Brooks, Jr., Fondateur et PDG de GlassView

Il y a environ un an, la plupart des utilisateurs ont commencé à voir quelque chose de nouvelle dans leurs fils d’actualités de leur Facebook. Entre les annonces de naissance et les mises à jour du statut à la recherche de l’attention étaient des clips vidéo. Beaucoup de clips vidéo, en fait. Par Septembre 2014, après l’« Ice Bucket Challenge » Facebook se vantait qu’il servait un milliard de vues par jour.

Il y a une raison à l’envol des vidéos de Facebook  : au contraire des liens de YouTube, la grande majorité des vidéos étaient sur Autoplay par défaut, de plus haute qualité, et prenaient plus d’espace sur la page. Les implications de publicité étaient évidentes. Ou n’est-ce pas le cas ?

Les publicités vidéo créent plus de sensibilisation et d’habitude plus d’impression des bannières, qui explique l’intéresse de Facebook à eux. Pour les annonceurs, cependant, les cas est moins convaincant. Malgré l’atteinte énorme de Facebook, si on cherche une sensibilisation et un engagement plus profonde, votre publicité vidéo probablement performera mieux si présenté hors de Facebook – surtout sur des sites de pertinence contextuelle – pour les raisons suivantes :

1. Facebook n’est pas le meilleur pour la publicité en général.

Une étude récente a trouvé qu’il y a deux motivations primaires pour aller sur Facebook : le besoin d’appartenir et l’autoprésentation. D’habitude les marques seraient bien-adaptées d’atteindre les consommateurs où il se sentent le besoin d’appartenir, mas dans ce cas les personnes se connectent sur Facebook pour engager avec autres personnes, pas la marques. Quand les annonceurs essayent d’engager avec les consommateurs sur la même plateforme qui facilite leur interaction sociale, puis l’engagement peut ne pas satisfaire. Ceci pourrait expliquer les clics sur les bannières considérablement en-dessus de la moyenne, et peut-être pourquoi Facebook paraît d’insister que la plupart des vidéos jouent automatiquement.

Certainement, Facebook vend beaucoup de publicités – la société a déclaré une revenue de $3.54 milliard pour le premier trimestre de 2015, mais ceci n’est qu’une réflexion du public énorme du réseau social de 1.4 milliard utilisateurs par mois, pas de son pouvoir comme un moyen de marketing.  

2. L’Autoplay n’est pas attractif pour plusieurs utilisateurs.

Il y a une raison que Facebook compte 3 secondes comme un « vue », tandis que le chiffre de YouTube est plus proche à 30 seconds. Puisqu’il paraît que la majorité des vidéos de Facebook sont sur autoplay, il est discutable si trois secondes devraient être compté comme une vue. Il est probable que vous avez vu beaucoup de vidéos autoplay et avez défilé pour les dépasser. Encore, ceci est fonction du statut de Facebook comme réseau social. La plupart des personnes n’y vont pas pour voir les vidéos – ils y vont pour voir ce que leurs amis font. Dans ce contexte, les vidéos ne sont que du bruit, et le fonction autoplay peut être gênant au lieu d’attrayant, même s’ils sont muets par défaut.

3. Le placement est unidimensionnel 

Il n’y a qu’un lieu pour trouver les publicités vidéo sur Facebook – dans le fil d’actualités. Cependant, avec un achat large on a beaucoup plus d’options, comprenant une grande publicité native en-dessus de la page, in-post et in-page (les joueurs du rail du droit et grand dans l’espace au-dessous du pli). Il convient de noter que ce dernier peut être un lieu efficace pour connecter avec l’utilisateur. Après tout, si quelqu’un a défilé à la fin de l’histoire, il s’intéresse clairement au contenu. Si votre vidéo s’aligne avec ce contenu, puis l’utilisateur serait plus probable de s’y intéressait aussi.

4. Le Facebook pourrait en fait limiter le partage.

Puisque Facebook se concentre sur le partage, il pourrait sembler étrange d’entendre que les vidéos seraient partagés plus hors de Facebook que sur le site, mais c’est la vérité. Ceci est parce que l’a fait presqu’impossible de partager une vidéo dans son format original autre part (la seule exception est de l’intégrer sur un blog). On veut partager un vidéo de Facebook sur Twitter ? Pas de succès. Cependant, si on donne une vidéo hors Facebook l’option d’être partage sur Facebook, ces limitations n’existent pas.

Est-ce que ceci veut dire que l’achat des publicités sur Facebook est sans valeur ? Pas de tout. On pourrait trouver qu’une publicité sur facebook fait assez bien, surtout si une marque ne cherche qu’une grande atteinte et la sensibilisation général. Mais, si on cherche un engagement plus profond de vos vidéos – créant la sensibilisation profonde, le souvenir d’une marque, l’affinité, les prospects et même les achats, j’encouragerais une approche plus scientifique. L’essai des vidéos sur le web ouvert. L’utilisation d’une plateforme qui cible les publics à travers du web ouvert par les éditeurs et la pertinence contextuelle, et aussi à la pertinence au public, démographique et comportemental, et voir ce que l’on reçoit. On pourrait être surpris de trouver que le monde dehors du jardin clos de Facebook offre beaucoup plus d’opportunités de croissance.  

Voir l'Article