7 Mai 2017
Est-ce Que les Publicités seront capables de Lire vos Pensées?
Par James G. Brooks Jr.

Pas satisfait de conquérir Mars, Elon Musk a récemment décidé d’essayer de coloniser le cerveau. La nouvelle société de Musk, Neuralink, a annoncé à la fin de mars, un projet pour créer des appareils qui peuvent être implanté dans le cerveau pour activer un lien direct aux ordinateurs.

Peu après l’anonce de Musk, Facebook a publié des plans pour une technologie qui permettrait les utilisateurs de taper avec leurs pensées. Souvent, quand on essaye d’imaginer la technologie personnelle dans une décennie, ce genre de scénario se voit. Le futurologue de Google Ray Kurzweil a prévu en Mars que dans les années 2030, les scientistes connecteront nos néocortexes au « cloud », nous seront tous plus intelligents et plus drôles.

Il faudra encore attendre quelques années. mais la capacité d’utiliser les technologies comme la reconnaissance faciale, les IRMs et les appareils portables pour lire les pensées des consommateurs est réelle. Et les marques pourraient utiliser ces outils pour distribuer les publicités aux consommateurs quand ils sont plus susceptibles de les voir.

Comment le marketing lit déjà nos pensées en 2017

Nous avons tous des moments quand nous nous dépêchons pour prendre un train ou nous essayons vite de trouver de l’information quand les publicités sont une nuisance. D’autre part, nous avons tous aussi eu des moments quand nous sommes ennuyés ou avons faim et sommes d’accord de voir une publicité, particulièrement s’il offrait une affaire sur dîner à un restaurant proche.

Bien que les marques puissent prévoir leurs publicités basées sur le lieu des utilisateurs et le moment du jour, ils ne peuvent pas encore accéder le facteur le plus important : l’état d’esprit de l’utilisateur. La recherche a montré que les consommateurs sont plus réceptifs aux publicités quand ils sont fatigués. Une autre recherche a montré qu’atteindre les consommateurs quand ils sont de bonne humeur peut augmenter l’efficacité des publicités numériques par jusqu’à 40 pour cent. Plusieurs entreprises essaient de tirer l’avantage de ces aperçus. Affectiva utilise la reconnaissance faciale pour jauger les émotions des consommateurs au nom de Mars (la marque des bonbons) et CBS, parmi d’autre clients. TVision utilise la technologie Kinect de Microsoft pour voir qui est dans une salle quand les publicités sont vues, et qui sourit quand il ou elle voit une publicité. L’entreprise des publicités M&C Saatchi a aussi expérimenté avec les publicités extérieures qui utilisent les expressions des passants comme épreuve. Les publicités qui reçoivent la plupart des sourires  restent.

Dans une étude, le « neuromarketing » basé sur les IRMs était un indicateur plus précis des ventes que les études standards de types de marketing. Lire les pensées des consommateurs exposés aux publicités offre une fenêtre plus efficace pour comprendre les publicités. Ceci pourrait être un grand changement pour tous les genres de marketeurs.

Ce à quoi l’avenir des publicités qui lisent les pensées pourrait ressembler

Il est facile de voir où tout ceci pourrait aller : Les marketeurs pourraient atteindre des aperçus des états émotionnels des consommateurs et déterminer s’ils ont faim ou sont fatigués et puis leur montrent la publicité appropriée. Peut-être que Facebook pourra aller même plus loin et lire la pensée d’un consommateur en disant « j’aimerais un Whopper maintenant » et puis montrer une publicité en qui le dirige au Burger King le plus proche.

Les nouveaux appareils portables nous rapprochent de ce jour, avec les électroencéphalogrammes qui peuvent mesurer les ondes cérébrales et les indicateurs psychologiques comme la pulsation qui indiquent quand un consommateur est réceptif à la messagerie. Pendant que la science améliore, les marketeurs pourraient déterminer lequel des motivations émotionnelles d’un consommateur – de l’auto-amélioration à la quête des sensations fortes – les incitent l’engagement avec les marques.

C’est vraiment dingue mais plausible. Et la lecture des pensées sera la réalisation suprême des marketeurs. À la place d’utiliser les astuces et la psychologie pour influencer les consommateurs à acheter les produits, ils pourront simplement utiliser les outils scientifiques pour lire le consommateur à un niveau profond. À partir de là, la messagerie n’est pas si compliquée.

Les questions éthiques évidents

Ce scénario bien sûr présente beaucoup d’énigmes éthiques. Beaucoup de consommateurs ne seront pas contents avec l’idée d’avoir leurs pensées et leurs expressions faciales examinées. Ils y ont le droit. Ce genre d’analyse émotionnelle doit se fonder sur la permission.

Mais les consommateurs ont déjà abandonné leurs données et vies privées en échange pour les services gratuits. Leurs demandant de prendre une autre étape dans ce direction ne serait pas sans précédent. D’autre part, passant des actions aux pensées pourrait être une étape de trop pour les consommateurs.

Etant donné la rapidité de la progression de cette technologie, nous devrions avoir une réponse à cette question assez tôt.

Voir l'Article